Voyager en Asie : Le monument de Khajuraho

    monument Khajuraho
    Khajuraho

    En pleine campagne dans l’État de Madhya Pradesh, Khajuraho est un impressionnant endroit archéologique. Cette ancienne cité royale construite par la dynastie Chandella fut une capitale religieuse en 950 et 1050. Sur 85 temples qu’elle existait à l’époque, il n’en reste malheureusement à présent plus que 22. Classés en trois groupes (ouest, est et sud), les sanctuaires font partie à deux religions différentes : l’hindouisme et le jaïnisme. Ces édifices étonnants sont décorés d’un luxe de bas-reliefs érotiques mais ainsi de scènes de vie quotidienne du Xe et XIe siècle parfaitement présentables. En savoir plus sur où voyager en Asie

    Amélioration de l’ensemble monumental de Khajuraho

    La cité fut abandonnée ensuite totalement enterrée sous une épaisse jungle avant d’être découverte par les colons anglais en 1840.

    Pourtant, ce n’est qu’à partir du XXe siècle que des travaux ont été commencés pour améliorer le site pour les visiteurs. Ils renferment un trésor du patrimoine historique de l’Inde. Incroyablement bien protégées, les sculptures surprennent non seulement par leurs représentations peu communes, mais aussi par leur pureté et leur beauté inouïes.

    L’un des endroits les plus touristiques de l’Inde

    Khajuraho est connu pour ses sculptures érotiques, pourtant le site ne se résume pas seulement à ces représentations. Presque 90 % des bas-reliefs constituent en effet des divinités religieuses, des rois, des guerriers héroïques, des monstres, pourtant ainsi des attirantes scènes de vie. Telle qu’une bande dessinée sculptée, les bas-reliefs montrent la vie, les mœurs, et les us et coutumes des peuples de la cité entre Xe et le XIe siècle. La modalité de sculptures rend ce témoignage du passé incroyablement attirant. On s’immerge exactement dans le passé en appréciant les scènes de vie de tous les jours présentant des jeunes femmes se faire une beauté, des enfants jouer, des banquets ou ainsi des cérémonies publiques.

    PARTAGER